• Qualité, Réactivité, Sérénité
  • de 8h30 à 18h30
  • English site

Blog


Les pièges lorsqu’on passe d’une langue a une autre sont multiples.

 

 

  1. Les mots à double sens qui risquent de compromettre la crédibilité.

Je me souviens avoir déclamé à des collègues anglais « I am available ! » pour qu’on partage éventuellement son travail avec moi mais « je suis dispo » veut également dire « je suis libre » … rires garantis de la part d’une jeune femme de 25 ans

  1. Les expressions idiomatiques qui doivent être transposés et non traduits. « C’est une autre paire de manches » devient «  this is another kettle of fish » en anglais
  1. Le contexte culturel : certains concepts sont intraduisibles car ils n’ont pas d’équivalent dans la langue cible. Comment traduire « culture générale » en anglais ? Expliquer la culture générale ou inventer une traduction (solid knowledge base ?) ?
  1. Un usage différent des mots : exemple d’une traduction dans un français impeccable trouvée dans un bar d’un pays du nord. « il est interdit aux femmes d’avoir des enfants au bar » …
  1. Les faux amis – une affaire en cours ne se traduit pas par « an existing affair » car « affair » en anglais est une liaison amoureuse

Il existe bien des possibilités de faire rire, de se décrédibiliser, voire de créer de sérieux problèmes (dans un cadre juridique par exemple) si l’on ne fait pas appel à la traduction professionnelle et surtout si l’on s’aventure à traduire dans une langue autre que sa langue maternelle.

Il ne s’agit pas de « faire du Shakespeare » comme le précisent parfois certains clients 🙂 mais de simplement bien traduire dans une langue claire et compréhensible.

Vous hésitez à utiliser la traduction automatique ? CG vous donne les 5 bonnes questions à se poser avant de passer à l’action dans sa nouvelle fiche pratique !

CG Traduction & Interprétation