Comment traduire pour l’industrie du luxe ?

25 Oct 2019 | CG Traduction

Très confidentielle, la traduction de luxe est un secteur d’une complexité et d’une importance sans pareille. Indispensable au rayonnement international des marques de luxe, elle est exigeante au plan rédactionnel. Le linguiste doit faire preuve de rigueur, mais aussi de créativité pour transmettre avec cohérence l’identité des marques de prestige au-delà des frontières. Le processus de traduction pour le domaine du luxe comporte de nombreuses étapes nécessitant une large variété de compétences.

La traduction pour l’industrie du luxe commence par une expertise non linguistique

Le traducteur spécialisé dans l’industrie du luxe ne peut se contenter de sa compétence linguistique. Sa connaissance des produits et de la marque doit être fine, pour lui permettre de délivrer la qualité rédactionnelle attendue par ses clients de renom.

Le produit

Le luxe est généralement caractérisé par le soin apporté aux détails, qu’ils soient techniques ou esthétiques. Une connaissance approfondie du produit est par conséquent indispensable pour appréhender et retranscrire fidèlement ces détails qui font la force et la différence de la marque.

Les traducteurs de cette industrie particulière sont donc souvent spécialisés dans un sous-secteur : immobilier de prestige, mode, maroquinerie, automobile, cosmétique, vin…

La marque

Les marques de prestige sont caractérisées par une identité forte, qui doit transparaître dans toutes leurs communications, y compris lorsqu’elles sont traduites. Le linguiste doit connaître l’univers, l’histoire et les valeurs véhiculées par son client.

Retranscrire l’univers d’une marque avec cohérence et la rendre attractive dans une autre langue est un travail délicat. Pour s’aider, le traducteur établit un guide de style, souvent en coopération avec son client, portant sur la grammaire, la typographie, le ton et le vocabulaire à utiliser pour traduire cet univers.

    La traduction de luxe : une terminologie précise et raffinée

    Comme toute industrie spécialisée, le luxe possède son propre langage. Les parfums utilisent un vocabulaire spécifique pour évoquer les senteurs et les familles olfactives, alors que l’automobile fait appel à une terminologie purement technique.

    En plus d’un vocabulaire spécialisé, le traducteur doit rechercher une certaine élégance textuelle et utiliser les mots qui mettront en valeur le produit dans la langue cible. Son travail ne se limite donc pas à de la traduction au mot à mot. Il doit inclure la recherche des termes les plus adaptés pour susciter des émotions positives chez le consommateur. C’est ainsi que « fragrance » sera préférée à « odeur » pour désigner un parfum, ce dernier terme ayant une dimension trop commune.

    La traduction pour l’industrie du luxe tient compte de la culture

    Le linguiste traduit en priorité dans sa langue maternelle, dont il maitrise la culture cible. Cette compétence, indispensable lorsqu’on traduit, l’est encore plus lorsqu’il s’agit de traduire pour des marques de renom.

    En effet, le traducteur se positionne en tant que conseiller culturel auprès de son client. Pour transmettre l’identité de la marque au-delà des frontières, il doit adapter son message au support de communication, à la langue et à la culture.

    Le traducteur ne peut se contenter d’une traduction littérale, qui pourrait être mal perçue dans un autre pays. Ses traductions marketing doivent tenir compte des références culturelles, des connotations linguistiques (ex : l’audi e-tron…), des croyances et des célébrations locales.

    Les éléments juridiques d’une traduction pour l’industrie du  luxe

    Une part importante de la traduction pour des marques concerne les supports publicitaires. Certaines législations ont établi des règles pour ces contenus. C’est ainsi que certains pays imposent une traduction dans la langue locale de tous les textes destinés au public (dépliants, encarts publicitaires, emballages…). C’est le cas en France : la langue source peut être utilisée, à condition qu’une traduction dans la langue de Molière coexiste. Mais ces règles diffèrent d’un pays à l’autre. Le rôle du traducteur est aussi de conseiller son client sur ces aspects légaux.

    Seul un linguiste rodé à l’industrie du luxe est capable de fournir un travail de qualité, à la mesure de la qualité des produits proposés par ses clients.

    6 critères d’une bonne traduction des sites web

    6 critères d’une bonne traduction des sites web

    Internet est devenu incontournable pour les entreprises qui souhaitent développer leurs activités en France ou à l’étranger. Le besoin de traduction des sites web est donc de plus en plus important. Si la traduction et la localisation du contenu textuel restent...

    lire plus
    Les 3 critères d’une bonne traduction technique

    Les 3 critères d’une bonne traduction technique

    La traduction technique est parfois vue comme la plus simple des traductions, nécessitant une transposition mot à mot des documents d’origine vers une langue finale. En réalité, pour un travail de qualité, le linguiste doit avoir une grande expertise technique, mais...

    lire plus
    Traductions juridiques : attention au droit comparé !

    Traductions juridiques : attention au droit comparé !

    Contrairement au secteur financier ou médical, il n’existe pas de langage juridique universel. Chaque système légal utilise une terminologie propre pour définir des concepts qui lui sont spécifiques. L’expert en traduction juridiques ne peut donc pas se limiter à une...

    lire plus