• Qualité, Réactivité, Sérénité
  • de 8h30 à 18h30
  • English site

Blog


L’Ecole Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs (ESIT) propose depuis environ trois ans un diplôme d’université « Traducteur – Interprète judiciaire ».
Cette école forme depuis plus de 50 ans des traducteurs et des interprètes dont la compétence est reconnue par les organisations internationales et le secteur privé.

L’ESIT considère la traduction non pas comme un exercice de transposition linguistique mais comme un acte de communication portant sur le sens.  Traduire au-delà des mots pour transmettre le sens, l’humeur, la nuance, et surtout traduire pour que le texte parle contextuellement au lecteur dans sa propre langue et dans sa culture.
Voici le credo de l’ESIT avec lequel on ne peut qu’adhérer.  Trop de soi-disant traducteurs rendent des traductions collées au texte source en oubliant d’en traduire l’esprit.
Cette formation est dirigée par Madame Geneviève Blondy Mauchand, ancien directeur de la section Traduction de l’ESIT et expert près des tribunaux  avec l’aide de l’UNETICA (Union Nationale des Experts Traducteurs Interprètes près les cours d’Appel) et de la CETIECAP (Compagnie des Experts Traducteurs et Interprètes en exercice près de la Cour d’Appel de Paris).
C’est dire si cette formation est sérieuse …
Cette formation s’adresse aux titulaires d’un bac+3, indépendamment de leur langue maternelle.  Il est, cependant, bien évidemment indispensable de maîtriser le français parfaitement,  car, de surcroît, la formation est dispensée en français !
L’objectif de ce diplôme – si l’on exclue l’acquisition de compétences spécifiques, est la compréhension du contexte judiciaire, des procédures et des textes juridiques.  C’est donc avec l’appui de magistrats, d’avocats, d’officiers de police judiciaire, … qu’elle se déroule.
CG Traduction & Interprétation, dont le cœur de métier est la traduction juridique, ne peut qu’encourager ses amis traducteurs et interprètes à suivre cette formation.  Il suffit de remplir un dossier, puis de participer à un entretien d’admissibilité au cours duquel la motivation de l’étudiant potentiel est appréciée par un jury de six personnes, toutes universitaires spécialistes de la traduction.
Ce DU va relever le niveau de traduction dans les domaines juridiques et judiciaire.
Un dernier point : chaque postulant doit déterminer s’il souhaite devenir plutôt traducteur ou plutôt interprète, mais cela n’a pas d’incidence sur le contenu du savoir dispensé.
 
A CG, tous nos traducteurs juridiques sont à la fois des professionnels de la traduction et du droit,garantissant des traductions professionnelles fiables. Alors vous aussi osez la traduction de qualitépour vos textes avec CG dans les domaines aussi pointus que la finance, l’aéronautique, le droit, l’industrie ou l’art. Contactez-nous !
Cet article peut également vous intéresser :  « Bientôt des experts de la traduction pour les procès ? »