• Qualité, Réactivité, Sérénité
  • de 8h30 à 18h30
  • English site

Blog


Google, Systran…

Google lance la traduction automatique neurale ou « traduction neuronale » de huit langues, dont le français, le chinois, l’espagnol ou le japonais vers l’anglais. Google mise ainsi sur l’intelligence artificielle.

Systran lance PNM (pour « Purely Neural MT »), une véritable révolution du marché de la traduction automatique avec ce projet de « deep learning »  (ou apprentissage profond).

Ce nouveau système de traduction traite une phrase complète, un paragraphe ou un document dans son intégralité ? c’est-à-dire qu’il tend à remplacer la réflexion et le savoir-faire du traducteur

Comment cela fonctionne ?

Le but est de reproduire le fonctionnement d’un cerveau humain.

On va d’abord traiter la phrase source et en extraire le sens.

Puis se concentrer sur la grammaire ou sur le sens des mots dans la phrase, ce qui va enrichir la compréhension du message global.

Ensuite le système analyse le contexte du message et se penche sur les mots-clés.

Le moteur sera informé des résultats, ce qui va permettre de proposer la meilleure des traductions possibles.

Il ne s’agit que d’une première étape dans la constante amélioration des traducteurs automatiques, et il sera encore difficile de comprendre, donc de traduire, des mots rares. Mais cela peut rapidement se corriger, en enregistrant chaque modification apportée à la traduction par l’utilisateur final, et donc réduire petit à petit toute marge d’erreur.

La traduction neuronale ne va pas encore remplacer le travail unique d’un bon traducteur humain, formé et expérimenté, qui ne laissera jamais un nom propre mal traduit, n’oubliera pas de mot ou pourra aller chercher la bonne traduction d’un mot aux sens multiples ou rare, saura également adapter le style au lectorat visé, aux cultures concernées et trouver la bonne traduction idiomatique.

Dans un monde où la traduction est exponentielle, la traduction neuronale permettra au traducteur de ne se concentrer que sur les traductions à valeur ajoutée, ce qui est plutôt une bonne nouvelle.

La Chambre Nationale des Entreprises de Traduction (CNET) organise une table ronde sur l’intelligence artificielle au service de la traduction le 23 juin prochain au Marriott Renaissance le Parc à Paris.

Catherine Granell, Directrice de CG Traduction & Interprétation, de nouveau Présidente de la CNET, et actuelle Trésorière de l’association européenne des entreprises de traduction (EUATC), a réuni acteurs, utilisateurs et universitaires en charge de ces projets.  Il confronteront leurs points de vue.