Quantcast
+33 (0) 1 39 24 88 55

3 conseils pour une bonne traduction corporate

27 Sep 2019 | CG Traduction

Développer ses activités sur un nouveau marché est une étape délicate dans la vie d’une entreprise. Les communications sont nombreuses et touchent à tous les aspects de votre société : vous devez fournir les documents juridiques et financiers auprès des autorités administratives et financières du pays d’établissement, développer des relations avec de nouveaux partenaires et sous-traitants, toucher une nouvelle clientèle, vous faire comprendre de salariés parlant une autre langue… Cela passe par une traduction corporate sans faille. Mais comment vous assurer une traduction de qualité, à la hauteur des enjeux de votre déploiement international ? Voici 3 recommandations pour faire de cette étape un succès. 

Conseil n°1 : Établissez un glossaire pour vous assurer une traduction corporate cohérente et uniforme

Chaque entreprise utilise sa propre terminologie, constituée d’un ensemble de mots, d’expressions ou d’acronymes destinés à qualifier les domaines d’activité et les concepts utilisés en interne. Il peut s’agir de vos produits, de vos matériaux, de vos méthodes de fabrication, de la dénomination des départements… La cohérence est essentielle : ces termes doivent être utilisés de la même façon dans toutes les communications. 

Les traductions n’échappent pas au besoin de cohérence. L’entreprise doit donc se doter d’un glossaire reprenant tous les termes spécifiques à son secteur, incluant leur traduction dans chacune des langues utilisées dans l’organisation. Une société de traduction professionnelle peut vous aider à mettre en place cet outil. Il servira ensuite de support pour toutes vos traductions, qu’elles soient juridiques, financières, techniques ou commerciales.

Conseil n°2 : Fournissez des originaux compréhensibles et sans équivoque

La qualité du document original aura un impact significatif sur la traduction. Les erreurs et les imprécisions risquent d’être magnifiées dans la langue de destination ou encore de générer de nombreux allers/retours entre le linguiste et son client, ce qui retardera le travail de traduction.

S’ils ne sont pas explicités dans le document ou dans le glossaire de l’entreprise, le jargon et les expressions idiomatiques doivent être évités, car ils ne sont pas toujours transposables dans une langue étrangère.

De plus, le document original doit faire l’objet d’une relecture préalable à la traduction qui permettra de s’assurer qu’aucune erreur ne subsiste. En effet, certaines imprécisions ne pourront être identifiées par le traducteur, en particulier si elles portent sur des notions internes à l’entreprise.

Conseil n°3 : Faites appel à un linguiste spécialisé pour vos besoins de traduction corporate

La personne responsable de la traduction de vos documents d’entreprise ne doit pas seulement avoir une excellente maîtrise de la langue source et de la langue cible. Elle doit aussi avoir des connaissances adaptées au document à traduire. Par exemple, les textes techniques supposent une vraie connaissance de votre industrie, de votre entreprise et de vos produits. Alors que vos documents financiers devront être confiés à un prestataire ayant de l’expérience dans ce type de traduction. Vous n’avez donc sûrement pas besoin d’un, mais de plusieurs linguistes pour la traduction de vos documents d’entreprise.

C’est pourquoi les organisations privilégient les sociétés de traduction corporate. Elles prennent en charge votre projet dans les meilleurs délais et mettent à votre disposition le collaborateur compétent pour les langues et les domaines concernés. Elles assurent également une relecture par un second traducteur, vous mettant à l’abri de coquilles ou d’erreurs qui pourraient entacher votre communication corporate. Elles agissent comme un véritable partenaire de confiance, en vous proposant des solutions adaptées à vos besoins et à votre budget.

Les contraintes de la traduction financière 

Les contraintes de la traduction financière 

Si le langage financier s’est progressivement vulgarisé pour le commun des mortels, il n’en va pas de même pour les documents utilisés par les entreprises. Qu’il s’agisse des états financiers, des livres de comptes ou de documents de vente, la terminologie est...

lire plus